Des filigranes sur anciens documents et sur timbres

Si on cherche à savoir ce qu’est un filigrane sur papier, on trouve sur internet des explications suivantes : Selon le Larousse , le terme filigrane est utilisé pour plusieurs applications , dont un concerne les filigranes dans du papier : Marque, dessin ou ligne se trouvant dans le corps du papier et que l’on ne voit que par transparence.

Wikipedia fournit pour la version papier plus de détails: Un filigrane (du latin filum, fil, et granum, grain) est, habituellement, un dessin qui apparaît sur certains papiers quand on les regarde par transparence. Cependant, ce terme provient de l’orfèvrerie et non de l’industrie papetière.

On distingue entre des filigranes artisanales, qu’on trouve sur des documents préphilatélique et des filigranes ombrés, technique utilisé pour sécuriser par exemple les timbres-postes contre les falsifications.

En fabrication artisanale, cet effet est obtenu dès la formation de la feuille par une diminution locale de la quantité de fibres lorsque le papier est mouillé3; Il y a deux façons d’opérer. Il faut savoir que le filigrane dans la feuille est formé grâce au rouleau égoutteur (pour une machine table plate), ou à la forme ronde. On travaille donc sur les « toiles fines », qui sont sur toute la surface du rouleau (ou de la forme). Le filigrane « au trait » est obtenu lorsqu’on a soudé des fils de cuivre sur cette toile. Ces fils font des « clairs » dans la feuille, que l’on retrouve par transparence dans le papier. Ce procédé est utilisé généralement pour des dessins sans relief, ou des textes simples.

Ceci permettait aux papetiers (entreprises avec moulins à papier) d’apposer une marque personnelle sur leur production.

Le deuxième type de filigrane, appelé « ombré » est obtenu lorsqu’on a « embossé » cette toile. On grave un poinçon en deux parties, mâle et femelle, et on applique le relief à la toile en « écrasant » la toile entre les parties du poinçon. Cette méthode est utilisée lorsque le dessin du filigrane est complexe, quand il y a du « noir », ou lorsque le dessin comporte « plusieurs épaisseurs ».

Pour sécuriser les timbres-poste , surtout avant 1900 en Suisse pour les « Helvetia assises » et les « Chiffres » , on appliquait le filigrane directement sur le papier et normalement sur le verso du papier. Toutefois si on imprimait ensuite par mégarde ou ignorance sur la mauvaise face, ca pouvait créer des défauts d’impression, qui ne sont pas rares sur ces émissions.

La première image ci-dessus montre un filigrane normale applique au verso du timbre. La deuxième montre une Helvetia assise 10 ct rouge avec le filigrane « Ovale avec une croix suisse » au recto, qui n’a pas permis d’imprimer la couleur rouge à quelques endroits de l’ovale et lors de l’oblitération avec le cachet « RANCES » une partie de l’encre noir du cachet a été absorbé par le papier entre le A et le N de RANCES le long de l’ovale du filigrane.

Ce n’est pas courant de voir l’effet d’impression sur filigranes au recto si clairement, mais quand’même trop fréquent pour ne pas être catalogué comme variété.

Le rayon vert – une passerelle à la gare de Renens

La gare CFF de Renens a connu ces dernières années de grandes nouvelles constructions et rénovations. L’élément phare est une passerelle qui traverse les voies de chemin-de-fer et qui a été nommée « Le rayon vert » , végétalisée avec du lierre. L’inauguration a eu lieu le 25 mai 2021.

La nouvelle passerelle de la gare CFF de Renens

Il est intéressant à savoir, que la gare de Renens a été crée en 1856 et qu’un premier bureau de poste se trouvait entre 1858 et 1874 sous l’ancienne passerelle.

Reproduction d’une ancienne carte postale, circulé environs 1900 de la gare de Renens

Cette reproduction d’une carte postale a été utilisée pour créer une carte maximum. On appelle une carte maximum, si le sujet de la carte, le cachet et le timbre correspondent. Ici le sujet est l’ancienne gare de la société ferroviaire  » Jura – Simplon  » avec un train à vapeur, la passerelle et le premier bureau de poste, Le cachet est un cachet CFF du 25 mai 2021, jour de l’inauguration de la nouvelle passerelle de Renens, et le timbre montre une locomotive à vapeur. Après la fermeture de la poste de Renens 2 le 10.7.2020, il est devenu difficile d’obtenir une bonne oblitération d’un cachet de Renens sans que le centre de tri d’Eclépens le détériore. L’utilisation de cachets CFF est une excellente alternative.

A l’époque le fourgon postal et des wagons marchandises se trouvaient juste après la locomotive à vapeur, pour moins déranger les voyageurs avec la fumée.

Merci à Jean-Claude Marendaz pour cette belle initiative.

Pourquoi collectionner des timbres-poste ?

C’est un hobby passionnant. Toutefois la Poste Suisse ne facilite pas la tâche. La plupart des communications modernes se font par e-mail et il y a forcement moins de courrier par rapport au siècle passée. Du coup beaucoup d’offices de poste ferment et les cachets des localités ont quasi disparu, remplacé par les cachets des centres de tri. Les émissions de nouvelles timbres restent cependant importantes et la Poste montre beaucoup d’initiatives pour varier les timbres.

Ce qui distingue un philatéliste d’un collectionneur est l’intérêt pour l’histoire qu’une lettre ou un timbre peut nous raconter. Un timbre neuf peut présenter son sujet. Un timbre oblitéré raconte déjà un peu plus; le lieu et la date de son emploi. Un fragment de lettre peut contenir des étiquettes : Urgent, Express, Recommandé et permet de contrôler , si l’affranchissement correspond au port dû. Une lettre enfin peut montrer encore d’autres marques postales au verso, qui permettent de s’informer sur son acheminement. Pour un collectionneur un catalogue suffit souvent, un philatéliste a besoin d’autres informations complémentaires et beaucoup plus de connaissances.

Puisque l’intérêt pour la Philatélie a beaucoup diminué, dû au changements de la technologie de communication, il y a peu de relève, peu de Jeunes qui se forment auprès d’une Société Philatélique. En conséquence avec un marché réduit, il y a beaucoup de timbres ou lettres qui ont perdu beaucoup de leur valeur par rapport à 1970. Il est ainsi devenu plus facile pour acquérir des belles pièces à bon prix. Mais attention, sans connaissances pointues du marché et informations sur les falsifications, réparations et autres, il est facile de se faire avoir.

Pour les Jeunes dès 7 ans, qui souhaitent d’abord recevoir une introduction dans ce domaine (avec ou sans les parents) et ensuite faire des séances régulières ( 1 ou 2x par mois), la Société Philatélique de Renens (SPR Renens) souhaite créer un groupe de Juniors, avec des réunions à Renens ou Bussigny (Vaud Suisse). Les cours sont gratuits et nous fournissons des timbres et anciens catalogues Zumstein. Pour des Jeunes, qui feront ensuite partie du groupe de Juniors inscrits, d’autres fournitures gratuites seront disponibles. (Timbres oblitérés selon la thématique des collections individuelles et coffret pour débutants, journal). Des Jeunes ou leurs parents peuvent prendre contact « jeunesse@spr-renens.ch » ou « daniel.wenger@spr-renens.ch » pour montrer leur intérêt. Les dates et horaires des cours seront définis ensemble pour tenir compte au maximum d’autres contraintes (école, devoirs, activités sportives, COVID’19 ). Lors des cours des Juniors, nous leur apprendrons aussi le montage de leur collection sur des feuilles d’exposition (à l’aide d’un programme informatique) avec possibilité de les exposer d’abord aux Expo-Bourses et ensuite au concours lors d’une Journée de Timbre.

Pour les adultes, qui s’intéressent à des cours d’introduction avec ensuite une éventuelle adhésion comme membre à la Société Philatélique de Renens SPR ou la Société Lausannoise de Timbrologie SLT, veuillez prendre contact par e-mail « daniel.wenger@spr-renens.ch ».