Une lettre du « Bureau des Rebuts » français de 1801

Des lettres qui ne trouvent pas leur destinataire arrivent au bureau des « REBUTS », Elles ne sont pas automatiquement renvoyés à l’expéditeur. On les ouvre pour trouver si possible l’expéditeur, qui reçoit alors l’avertissement préimprimé ci-après:

Au verso se trouvent les explications avec la date de la lettre, ici le 23 décembre 1801, (4 Nivrose l’An 14), l’adresse sur la lettre et la mention du contenu éventuel. Ici il y avait dans la lettre une lettre de voiture jointe, Une lettre de voiture est un contrat entre un transporteur de marchandises et le marchand, qui accompagne les marchandises et qui sert à marquer les débours, péages et autres taxes, ainsi que les détails des marchandises. L’expéditeur peut alors décider, s’il veut récupérer le document moyennant le paiement de la taxe du port dû, ici 12 décimes, qu’il doit payer au bureau de poste de son domicile ou au bureau à Paris, mais voyez les textes vous-même:

Si la lettre n’est pas réclamé, le présent avertissement pas renvoyé, la lettre sera brûlée.

Carte postale du « Kamerun » de 1908

Le Cameroun était colonisé par l’Allemagne entre 1884 et 1918. La carte postale présentée dans cet article date du 25.3.1908 et a été envoyé du Cameroun avec le bateau « SMS Sperber » en Allemagne via le Hofpostamt Berlin à un musicien à Itzehoe.

en manuscrit le nom du bateau et l’achemeinement via Le Hofpostamt de Berlin
affranchie avec un 5 Pfennig Germania vert (Mi 85) du « Deutsches Reich » et avec un 5 Pfennig du Kamerun (MiNr. 21) vert.

SMS Seiner Majestät Schiff veut dire le bateau de sa majesté. L’affranchissement de 10 Pfennig pour cette carte est correct pour cette période. Ca présente un témoin d’histoire et d’histoire postale.

Collection « Au Pays de Neuchâtel »

La collection a reçu en novembre 2019 à Bulle au rang III une médaille d’or avec prix. Actuellement il était prévu de l’exposer à Bâle « 175 Jahre Baslertaube ». Comme cette exposition a dû être annulée à cause de la recrudescence du COFID’19, je la présente ici avec quelques commentaires en allemand. (II-303)

Posthistorische Hinweise sind in violetter Schrägschrift erwähnt. Die Sammlung ist chronologisch aufgebaut. Die Wappen zeigen die wechselden Fürsten.

Zwischen 1707 bis 1806 war der Prinz von Neuchâtel der preussische König. Als die Franzosen 1798 die Schweiz besetzten, blieb Neuchâtel als preussisches Besitztum verschont. 1806 als die Frankreich weite Gebiete Deutschlands erobert hatte, wurde das Fürstentum französich. Napoleon belohnte den Generalmarschall Berthier mit dem Fürstentum. Die Fischerpost, die seit 1694 für die Post verantwortlich war, konnte den Vertrag nicht verlängern. Das Fürstentum organisierte seine Post selber. Die Postdirektion wurde von der Familie Jeanrenaud aus Môtiers ausgeübt.

Die obere Hälfte eines Passes, auf der Rückseite Stempel und Unterschriften von französischen Polizeiämtern.

Nach der Niederlage Napoleons erhielt der König von Preussen das Fürstentum zurück. Gleichzeitig wurde Neuchâtel ein Schweizer Kanton unter preussischer Administration.

Die Wegzülle (Péages) waren in Neuchâtel ebenfalls der Post unterstellt. Deshalb sind Transportbriefe mit Zollstempel von Neuchâtel wie hier der Stempel von Brot , postalische Belege.