Pourquoi collectionner des timbres-poste ?

C’est un hobby passionnant. Toutefois la Poste Suisse ne facilite pas la tâche. La plupart des communications modernes se font par e-mail et il y a forcement moins de courrier par rapport au siècle passée. Du coup beaucoup d’offices de poste ferment et les cachets des localités ont quasi disparu, remplacé par les cachets des centres de tri. Les émissions de nouvelles timbres restent cependant importantes et la Poste montre beaucoup d’initiatives pour varier les timbres.

Ce qui distingue un philatéliste d’un collectionneur est l’intérêt pour l’histoire qu’une lettre ou un timbre peut nous raconter. Un timbre neuf peut présenter son sujet. Un timbre oblitéré raconte déjà un peu plus; le lieu et la date de son emploi. Un fragment de lettre peut contenir des étiquettes : Urgent, Express, Recommandé et permet de contrôler , si l’affranchissement correspond au port dû. Une lettre enfin peut montrer encore d’autres marques postales au verso, qui permettent de s’informer sur son acheminement. Pour un collectionneur un catalogue suffit souvent, un philatéliste a besoin d’autres informations complémentaires et beaucoup plus de connaissances.

Puisque l’intérêt pour la Philatélie a beaucoup diminué, dû au changements de la technologie de communication, il y a peu de relève, peu de Jeunes qui se forment auprès d’une Société Philatélique. En conséquence avec un marché réduit, il y a beaucoup de timbres ou lettres qui ont perdu beaucoup de leur valeur par rapport à 1970. Il est ainsi devenu plus facile pour acquérir des belles pièces à bon prix. Mais attention, sans connaissances pointues du marché et informations sur les falsifications, réparations et autres, il est facile de se faire avoir.

Pour les Jeunes dès 7 ans, qui souhaitent d’abord recevoir une introduction dans ce domaine (avec ou sans les parents) et ensuite faire des séances régulières ( 1 ou 2x par mois), la Société Philatélique de Renens (SPR Renens) souhaite créer un groupe de Juniors, avec des réunions à Renens ou Bussigny (Vaud Suisse). Les cours sont gratuits et nous fournissons des timbres et anciens catalogues Zumstein. Pour des Jeunes, qui feront ensuite partie du groupe de Juniors inscrits, d’autres fournitures gratuites seront disponibles. (Timbres oblitérés selon la thématique des collections individuelles et coffret pour débutants, journal). Des Jeunes ou leurs parents peuvent prendre contact « jeunesse@spr-renens.ch » ou « daniel.wenger@spr-renens.ch » pour montrer leur intérêt. Les dates et horaires des cours seront définis ensemble pour tenir compte au maximum d’autres contraintes (école, devoirs, activités sportives, COFID’19 ). Lors des cours des Juniors, nous leur apprendrons aussi le montage de leur collection sur des feuilles d’exposition (à l’aide d’un programme informatique) avec possibilité de les exposer d’abord aux Expo-Bourses et ensuite au concours lors d’une Journée de Timbre.

Pour les adultes, qui s’intéressent à des cours d’introduction avec ensuite une éventuelle adhésion comme membre à la Société Philatélique de Renens SPR ou la Société Lausannoise de Timbrologie SLT, veuillez prendre contact par e-mail « daniel.wenger@spr-renens.ch ».

Une lettre du « Bureau des Rebuts » français de 1801

Des lettres qui ne trouvent pas leur destinataire arrivent au bureau des « REBUTS », Elles ne sont pas automatiquement renvoyés à l’expéditeur. On les ouvre pour trouver si possible l’expéditeur, qui reçoit alors l’avertissement préimprimé ci-après:

Au verso se trouvent les explications avec la date de la lettre, ici le 23 décembre 1801, (4 Nivrose l’An 14), l’adresse sur la lettre et la mention du contenu éventuel. Ici il y avait dans la lettre une lettre de voiture jointe, Une lettre de voiture est un contrat entre un transporteur de marchandises et le marchand, qui accompagne les marchandises et qui sert à marquer les débours, péages et autres taxes, ainsi que les détails des marchandises. L’expéditeur peut alors décider, s’il veut récupérer le document moyennant le paiement de la taxe du port dû, ici 12 décimes, qu’il doit payer au bureau de poste de son domicile ou au bureau à Paris, mais voyez les textes vous-même:

Si la lettre n’est pas réclamé, le présent avertissement pas renvoyé, la lettre sera brûlée.

Quelques cachets peu communs

Cet article présente deux cartes postales avec des cachets peu communs. La première vient du col de la Forclaz et est adressée à Oey-Diemtigen, qui se trouve près de Wimmis dans l’Oberland bernois. Le premier cachet est un cachet linéaire LA FORCLAZ (VALAIS) et le deuxième cachet « CHATELARD-FRONTIERE (Valais) montre que la carte a pris la fausse direction pour l’acheminement. Le postier a dû être intrigué par l’image de la carte postale, qui montre le village de TRIENT, qui se situe sur le versant opposé du Rhône.

La deuxième carte date du 28 janvier 2019, quelques mois après la fin de la première guerre mondiale avec un cachet militaire « Heerespolizei Grenzdetachement Simplon Posten Binn » . La carte en franchise est adressée à Genève; Binn, un très joli village, se trouve dans une vallée au-dessus de Fiesch et Ernen dans le Canton du Valais. Heerespolizei est la police militaire. Le texte de la carte annonce qu’ils vont quitter Binn pour aller à Brigue et qu’il ne sait pas encore, s’il sera libérée du service. C’est un témoin historique, que la Suisse a préféré de maintenir une surveillance accrue de la frontière après la première guerre mondiale (armistice signé le 11 nov.1918)