Pourquoi collectionner des timbres-poste ?

C’est un hobby passionnant. Toutefois la Poste Suisse ne facilite pas la tâche. La plupart des communications modernes se font par e-mail et il y a forcement moins de courrier par rapport au siècle passée. Du coup beaucoup d’offices de poste ferment et les cachets des localités ont quasi disparu, remplacé par les cachets des centres de tri. Les émissions de nouvelles timbres restent cependant importantes et la Poste montre beaucoup d’initiatives pour varier les timbres.

Ce qui distingue un philatéliste d’un collectionneur est l’intérêt pour l’histoire qu’une lettre ou un timbre peut nous raconter. Un timbre neuf peut présenter son sujet. Un timbre oblitéré raconte déjà un peu plus; le lieu et la date de son emploi. Un fragment de lettre peut contenir des étiquettes : Urgent, Express, Recommandé et permet de contrôler , si l’affranchissement correspond au port dû. Une lettre enfin peut montrer encore d’autres marques postales au verso, qui permettent de s’informer sur son acheminement. Pour un collectionneur un catalogue suffit souvent, un philatéliste a besoin d’autres informations complémentaires et beaucoup plus de connaissances.

Puisque l’intérêt pour la Philatélie a beaucoup diminué, dû au changements de la technologie de communication, il y a peu de relève, peu de Jeunes qui se forment auprès d’une Société Philatélique. En conséquence avec un marché réduit, il y a beaucoup de timbres ou lettres qui ont perdu beaucoup de leur valeur par rapport à 1970. Il est ainsi devenu plus facile pour acquérir des belles pièces à bon prix. Mais attention, sans connaissances pointues du marché et informations sur les falsifications, réparations et autres, il est facile de se faire avoir.

Pour les Jeunes dès 7 ans, qui souhaitent d’abord recevoir une introduction dans ce domaine (avec ou sans les parents) et ensuite faire des séances régulières ( 1 ou 2x par mois), la Société Philatélique de Renens (SPR Renens) souhaite créer un groupe de Juniors, avec des réunions à Renens ou Bussigny (Vaud Suisse). Les cours sont gratuits et nous fournissons des timbres et anciens catalogues Zumstein. Pour des Jeunes, qui feront ensuite partie du groupe de Juniors inscrits, d’autres fournitures gratuites seront disponibles. (Timbres oblitérés selon la thématique des collections individuelles et coffret pour débutants, journal). Des Jeunes ou leurs parents peuvent prendre contact « jeunesse@spr-renens.ch » ou « daniel.wenger@spr-renens.ch » pour montrer leur intérêt. Les dates et horaires des cours seront définis ensemble pour tenir compte au maximum d’autres contraintes (école, devoirs, activités sportives, COVID’19 ). Lors des cours des Juniors, nous leur apprendrons aussi le montage de leur collection sur des feuilles d’exposition (à l’aide d’un programme informatique) avec possibilité de les exposer d’abord aux Expo-Bourses et ensuite au concours lors d’une Journée de Timbre.

Pour les adultes, qui s’intéressent à des cours d’introduction avec ensuite une éventuelle adhésion comme membre à la Société Philatélique de Renens SPR ou la Société Lausannoise de Timbrologie SLT, veuillez prendre contact par e-mail « daniel.wenger@spr-renens.ch ».

Expo-Bourse de la Société philatélique de Renens SPR le 5 mars 2017 à Renens

Le dimanche, 5 mars 2017, a eu lieu notre 45ème Expo-Bourse à la Salle de Spectacles de Renens.

Flyer pour l'Expo-Bourse no 45/2017 de la SPR, salle de spectacle Renens

Flyer pour l’Expo-Bourse no 45/2017 de la SPR, salle de spectacle Renens

L’invité d’honneur était a la Société Philatélique de St-Croix. Entre les collections exposés il aura une collection sur Renens et une autre sur Bussigny.

La Baronne Isabelle de Montolieu avait une maison de campagne à Bussigny. Une lettre écrite d’elle, écrite en 1822, était exposée avec des vieilles  cartes postales dans le cadre de la collection sur Bussigny. La baronne était alors déjà très âgée pour l’époque, mais s’intéressait pleinement aux gens. La lettre s’adresse à sa cousine à Paris.

Un cadeau attendait les jeunes visiteurs. Nous avons le projet de former un groupes de Jeunes pour leur apprendre les multiples facettes de la philatélie. Des enfants intéressés veulent s’adresser à un membre du Comité.

L’exposition était bien visitée. Un article dans le Journal du Morges nous a fait de la pub. De ce fait on avait plus de visiteurs l’après-midi que le matin.

Article Journal de Morges 24.2.1017 Histoire vue par les timbres

Article Journal de Morges 24.2.1017 Histoire vue par les timbres

SPR 45ème Expo-Bourse 2017 Discussions animées

SPR 45ème Expo-Bourse 2017 Discussions animées

SPR 45ème Expo-Bourse 2017 Discussions animées

SPR 45ème Expo-Bourse 2017 Discussions animées

SPR 45ème Expo-Bourse 2017 L'ordinateur un outil important

SPR 45ème Expo-Bourse 2017 L’ordinateur un outil important

SPR 45ème Expo-Bourse 2017 Un grand merci à l'intendance

SPR 45ème Expo-Bourse 2017 Un grand merci à l’intendance

SPR 45ème Expo-Bourse 2017 Les marchands

SPR 45ème Expo-Bourse 2017
Les marchands

SPR 45ème Expo-Bourse 2017 Les marchands

SPR 45ème Expo-Bourse 2017
Les marchands

pour le comité  D.Wenger

 

Bussigny – Quartier St-Germain – Histoire

Cet article présente quelques dates chronologiques de l’histoire de Bussigny, ainsi qu’une série d’anciennes cartes postales.

Le site internet de la commune de Bussigny (Canton de Vaud , District de Morges) nous apprend qu’il y avait à l’époque deux communautés , donc deux communes, dont une était Bussigny et la deuxième St.Germain. Ces deux communes ont fusionné (en 1803 ?) lors du changement de la période Helvétique (canton du Léman) vers la période Médiation (Canton de Vaud). Vrai ou faux ?

Toutefois des recherches effectuées dans les anciens numéros de la « Gazette de Lausanne »  et la consultation pour la période avant 1536 du livre « Les Dignitaires de l’Eglise Notre-Dame de Lausanne » de Maxime Reymond paru en 1912  indiquent un résultat un peu différent.

Il faut savoir que le Pays de Vaud était catholique et fortement dominé par l’administration des prince-évêques de Lausanne. Consulter ce livre sur les dignitaires nous approche donc un peu plus de la vérité historique. Il y a 6 références pour St.Germain. Les deux références sur Bussigny ne sont que des liens pour garder la trace avec l’histoire récente, qui ignore St.Germain.

Ci-après quelques références de l’histoire de Bussigny et St.Germain

1210  A Lausanne est crée l’office du chantre. La rémunération de ce poste est financé en partie par 20 sols du cens de St.Germain. (sols = unité de monnaie, cens = un des impôts)

1228 Ric Berger mentionne dans son livre « La contrée de Morges , édition 1957 » qu’une église romane est mentionné en 1228 sur le belvédère dominant le village.

1228   St.Germain (futur Bussigny) est une paroisse selon le premier pouillé des paroisses du diocèse de Lausanne

Le tome 124  Panorama des Archives communales vaudoises (Bibliothèque Historique Vaudois) ne mentionne pas la communauté de St-Germain, puisque les anciens noms sont ignorés et mentionnés sous le nom des communes actuelles. Ce livre induit par ce manque de référence en erreur et perd en crédibilité !

1247  Aymon de Ayma, un noble est magister des donzels de St.Germain, il fait son testament en 1273 en faveur de son fils André, qui est alors curé de St.Germain.

1340  Lors du décès de Etienne Marchand, bourgeois d’Aubonne et docteur en droits, le chapitre de l’Eglise de Lausanne reçoit par testament la dime de St.Germain (un autre impôt)

1418   Première mention d’archives communales (confrérie)

1422  Guillaume Cochard est curé de St.Germain.

1450  Collet de Gruffy (de St-Saphorin) est curé de St.Germain.

1510   Guillaume de Chapelle est curé de St.Germain. Lorsque l’église brûle, il y a conflit avec les paroissiens pour la reconstruction, qui sera apaisé par le chapitre de Lausanne.

1516 Ric Berger mentionne l’incendie en 1516 (la contrée de Morges) et la reconstruction au XVIIème siècle.

1536   Le pays de Vaud devient Suisse en tant que partie du Canton de Berne.

On ne trouve donc pas de traces sur la commune de Bussigny dans ce livre de Maxime Reymond. Cela ne veut pas dire que Bussigny n’ait pas encore existé. mais c’était probablement qu’un hameau attaché à … ?   (Crissier, Ecublens ou St.Germain)

Une autre source sont les livres de la Revue Vaudoise historique. En 1536 on trouve enfin une mention sur la commune de Bussigny. C’est l’année de la conquête du Pays de Vaud par leurs Excellences de Berne. Le duc de Savoie, pour se défendre, engage des mercenaires, des Italiens. Il les envoie pour occuper Lausanne. Ils suivent la Venoge et trouvent la route barrée par des Bernois « Mays lesdicts de Berne se trouvent à Rugnens, à Cressier et à Bussignyez. » (Renens, Crissier et Bussigny). Ils doivent battre en retraite-

Suit la réforme du Pays de Vaud sous le régime des baillis de Berne, qui bouscule certainement les anciennes administrations et conduit à la création de Conseils municipaux. Avant les Bernois, St-Germain était une paroisse importante (moins que Crissier, qui est plus ancien) et Bussigny insignifiant. Qu’est-ce que a provoqué ce changement de situation ? ( La peste ? )

Déjà lors de la fondation de la première abbaye en 1717 la commune s’appelait « Bussigny et St.Germain« . Puisqu’il s’agissait de deux  petites communes, il est tout à fait logique de parler d’une seule commune avec une municipalité commune. On ne peut donc pas parler de fusion de deux communes en 1803 ou 1798.

1939 Quartier St-Germain Hotel de Ville
Continuer la lecture