La vallée du Flon et son comblement

Au moyen-âge les ruisseaux du Flon et de la Louve traversent Lausanne à l’air libre. Ces ruisseaux alimentent Lausanne en eau et font office d’égouts. Ces rivières ont fini par poser problème, à cause de leurs crues – celle du Flon tout particulièrement – et pour des questions de salubrité. Au XIXe siècle, suite à des épidémies de choléra (1822), de typhus et de paludisme, les autorités décident de voûter et de canaliser la Louve et le Flon. Aujourd’hui ces deux cours d’eau ont disparu dans les entrailles de la cité, seules les parties situées en amont de la ville sont encore visibles.

Vue du Grand Pont et la Vallée du Flon le grand-pont construit vers 1844-47, aquarelle attribuée à Joseph-Auguste Knip (1777-1847). VL86 D 68 MHL136468 © Musée historique de Lausanne

https://musees.lausanne.ch/SGCM/Consultation.aspx?id=107600&Source

La Louve canalisée, son lit comblé, permet ainsi la création de la place de la Riponne (1814-1830) qui n’est alors qu’un ravin creusé par la dite rivière. En 1840, la place de la Riponne recouvre la Louve.

https://musees.lausanne.ch/SGCM/Consultation.aspx?id=119278&Source

La construction du voûtage de la Louve a débuté en 1812 depuis la place Pépinet vers la Riponne. Celle du Flon débute en 1832 pour se poursuivre au-delà des années 1960 dans la partie haute de sa vallée, à proximité de la Sallaz. En 1874 commencent les travaux de voûtage et le comblement du Flon sous Montbenon, depuis sa jonction avec la Louve. La première rangée d’arches du Gd-Pont est ensevellie.

Cette photo d’envorins 1896 montre la canalisation et le voûtage du Flon avant de procéder aux remlaiages. Les dépôts au fond ont été consrruits en prévision du complement avec trois étages en sous-sol.

Le remblaiement de la plateforme du Flon commença dès 1873 pour se terminer vers 1915. Elle permettait avec la création de la station d’arrivée du LO (Train Lausanne-Ouchy) le transport de wagons de chemin-de-fer entre le port d’Ouchy, la gare de Lausanne vers la plateforme du Flon et à l’aide d’un ascenseur de transporter les wagons même au niveau supérieur du Grand-Pont.

Le pont Chaudron aussi appelé dans les premières années « Pont de Montbenon » fût construit en 1904 inauguré en 1905.

Sur la carte postale ci-dessus on voit bien l’avancée du comblage de la vallée, les vignes et jardins en bas. Le pont Chaudron, qui a perdu beaucoup de hauteur à cause du comblage, est très impressionnant.

Sur Wikipedia on trouve la remarque qu’un ancien pont « Montbenon » a disparu, respectivement a été enseveli par le comblage en 1913, ce qui m’a amené de rechercher ce pont. La Ville de Lausanne possède des cartes historiques, dont elle a publié sur internet les cartes de 1723, 1806, 1838 , 1896 et 1912 pour consultation. Un pont de Montbenon, un peu à l’amont du Pont Chaudron, existe sur les cartes de 1806 à 1896, mais n’existe plus sur celle de 1912. En fait il ne s’agit pas d’un pont en hauteur comme le Pont Chaudron, mais d’un pont à flanc du coteau (voir image suivante).

L’ancien route entre la place Chaudron vers la vallée en premier plan. Vu du Flon à ciel ouvert derrière le Pont Chaudron.
~1936 Le Grand Pont avec le Tour Bel-Air (construit 1931-34)
Le Grand-Pont après le comblement ca 1920-1930.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *